Aurore Pantini
RSS

Le deuil d’un enfant

Le deuil d'un enfant.

La mort d’un enfant est l’expérience la plus traumatisante que peuvent vivre des parents. C’est une épreuve terrible qui bouleverse l’ordre naturel des choses. Le deuil d’un enfant est un processus de toute une vie qui ne cicatrise jamais vraiment.

Un processus long et difficile

Le processus de deuil est un ensemble de réactions physiques, psychologiques, affectives et comportementales. C’est une démarche intérieure et personnelle, propre à chaque parent. Le processus de deuil consiste à prendre conscience de la réalité de la perte, pour arriver à se projeter à nouveau, faire des projets, nouer des relations…

Le deuil d’un enfant passe par différentes phases qui se manifestent sur le plan émotionnel, physique et relationnel : le choc de la perte, l’état dépressif puis le soulagement et l’acceptation.

Dans un premier temps, de nombreux mécanismes psychiques, souvent contradictoires, entrent en œuvre au cours de la période de deuil : refus, isolement, engourdissement, colère, détresse, irritabilité, dépression, angoisse, solitude, désespoir, désorganisation…

Dans un deuxième temps, viennent l’acceptation puis la réorganisation. La personne endeuillée peut à nouveau mener sa vie et évoquer des souvenirs concernant l’enfant disparu.

Un deuil sans fin

Le processus de deuil d’un enfant passe par des phases de déni et de refus de la réalité, alternées avec des moments de repli sur soi, d’isolement et de dépression. Les parents traversent une épreuve extrêmement difficile où leur vie ne semble plus avoir de sens ni d’intérêt. Ils éprouvent souvent l’envie de mourir pour retrouver leur enfant.

Le processus de deuil d’un enfant ne s’achève jamais vraiment. Les phases s’alternent, vont et viennent de manière imprévisible, en fonction des événements extérieurs.

Dans ce contexte, le soutien des proches est nécessaire, mais ne doit pas entraver le processus de deuil. Les parents doivent vivre leur deuil à leur rythme, sans contraintes, sans être brusqués et sans brûler les étapes. C’est à eux de prendre conscience de la réalité des choses, pour que le processus de deuil se poursuive correctement.

 Se faire accompagner dans le processus de deuil

Au décès d’un enfant, toute la famille est bouleversée, les parents mais aussi les frères et sœurs, qu’il ne faut pas négliger. Pour aider le noyau familial à se reconstituer, le soutien de la famille et des amis est important. Il ne faut pas laisser la famille s’isoler complètement, sans pour autant l’étouffer sous des messages de consolation.

L’aide de professionnels peut être très bénéfique : psychologue, psychiatre, psychanalyste. L’intervention d’une personne extérieure aide les parents et les enfants endeuillés à exprimer leur douleur. Il est parfois plus facile de parler ouvertement à quelqu’un qui ne vous connaît pas, ne vous jugera pas et ne cherchera pas à vous consoler.

D’autres, pour faciliter le deuil, préfèrent se tourner vers la religion, une association ou encore, aller à la rencontre de parents traversant la même épreuve.

Enfin, certains entament un cheminement plus personnel et trouvent du réconfort dans l’écriture, la création artistique…