Aurore Pantini
RSS

Epreuve du deuil : les différents types de deuil

Épreuve du deuil : les différents types de deuil.

Le deuil est une épreuve particulièrement douloureuse de la vie, par laquelle nous passons tous un jour ou l’autre. Toutefois, il existe différents types de deuil, tous à prendre en considération pour que la guérison se fasse graduellement.

Deuil d’une personne de la famille proche

Deuil d’un parent, d’un conjoint ou d’un enfant, la perte d’un être cher est toujours une épreuve majeure de la vie.

En raison de la différence de génération, le deuil d’un père ou d’une mère est le deuil le plus « normal », auquel la plupart d’entre nous avons été ou seront confrontés. Même s’il est dans la logique des choses, un tel deuil brise des liens d’une intensité exceptionnelle, quelles qu’aient pu être les relations de la personne endeuillée avec son parent décédé. Après la perte d’un père ou d’une mère, on ne sera jamais plus tout à fait le même, le rempart qui nous protégeait symboliquement de notre propre mort a cédé.

Le deuil d’un conjoint est une épreuve dévastatrice qui peut donner l’impression qu’on est littéralement coupé en deux, puisqu’on a perdu sa « moitié ». Certains veufs disent aussi avoir l’impression d’avoir été amputés.  Lorsque le conjoint décédé était jeune, il paraît révoltant qu’une vie de couple ait ainsi été foudroyée dans ses débuts ou son plein épanouissement. Lorsque le conjoint était âgé, c’est une longue vie tissée à deux qui se déchire d’un coup.

Le deuil d’un enfant, quel que soit son âge, est ressenti par les parents comme un deuil injuste et anormal, car l’enchaînement des générations voudrait que les parents partent les premiers, et non leurs enfants. Lorsqu’il s’agit d’un adolescent ou d’un jeune enfant, l’injustice paraît encore plus grande, inacceptable. C’est probablement l’épreuve la plus douloureuse à laquelle un être humain peut être confronté

Deuil d’un ami

Le deuil d’un ami intime est souvent un deuil très difficile car, ne faisant pas partie de la famille, l’endeuillé ne reçoit pas de marques de sympathie particulières et, très rapidement, personne ne se souvient plus qu’il a perdu une personne chère. Pour l’endeuillé, il peut paraître injuste que toutes les condoléances aillent à la famille, alors qu’il est lui-même dans une affliction profonde.

Deuil d’un animal

Le deuil d’un animal de compagnie ressemble un peu au deuil d’un ami, en ce sens que l’endeuillé perd véritablement un « compagnon ». Or, ce deuil n’est pas vraiment reconnu socialement. La souffrance de celui qui perd un chien, un chat, ou tout autre animal aimé, est minimisée, voire niée, ce qui n’aide pas vraiment à l’apaiser.