Aurore Pantini
RSS

Les métiers du funéraire

Les métiers du funéraire

Alors que bien des secteurs connaissent une crise sans précédent, les entreprises du funéraire affichent un excellent dynamisme. Avec un nombre de décès qui va considérablement s’accroître d’ici à 2040, les professionnels du deuil sont destinés à un avenir florissant.

Les spécialistes de l’art funéraire

Les métiers de l’art funéraire sont exercés par de véritables passionnés. Ils conçoivent parfois de réelles œuvres d’art. Il suffit d’observer la diversité des pièces exposées dans les cimetières pour mieux s’en rendre compte.

Cet univers se décline autour de plusieurs professions, par exemple, celle de marbrier ou de granitier funéraire. Leur fonction : tailler la pierre et poser les stèles. Ils doivent être à l’écoute, notamment pour choisir la couleur et la nature de la pierre, aux côtés de la famille. C’est un métier qui requiert le goût du travail bien fait et beaucoup de créativité.

Autre métier artistique, celui de graveur. Son rôle : réaliser des plaques commémoratives sur pierre ou sur verre, à poser sur la stèle. Là aussi, créativité et passion sont de mise.

Organisation des obsèques : les métiers des pompes funèbres

De la mise en bière du défunt à son transport en passant par son inhumation ou sa crémation, les différents aspects des funérailles sont du ressort des employés des pompes funèbres. Un secteur très dynamique qui compte 2 500 entreprises en France et emploie près de 20.000 salariés.

Si autrefois, les familles confrontées au décès d’un proche s’occupaient de tout, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Elles attendent un véritable service et n’hésitent pas à comparer. Le secteur des pompes funèbres englobe de très nombreux métiers. Par exemple, le porteur est celui qui prépare et livre le cercueil. Il devra parfois se charger aussi du transport des fleurs. C’est un travail polyvalent. Autre profession, celle de maître de cérémonie. Sa fonction : diriger et animer la cérémonie des obsèques. Il devra également encadrer les porteurs.

Encore plus polyvalent, le métier d’assistant, ou conseiller funéraire requiert de réelles qualités humaines. Interlocuteur privilégié de la famille, il l’assistera dans ses nombreuses tâches administratives, choisira avec elle une pierre tombale… Véritable conseiller, son métier consiste à accompagner l’entourage du défunt. En se chargeant de l’organisation globale des obsèques, les assistants funéraires doivent coordonner plusieurs professionnels, comme le porteur, le fossoyeur ou l’agent de crémation. Professionnalisme, rigueur et sens de l’organisation s’imposent.

Thanatopraxie, agents de chambres mortuaires… spécialistes des soins de conservation

Avant que le défunt ne soit présenté à sa famille, il est coutume de réaliser des soins de conservation. En milieu hospitalier, c’est le métier des agents de chambres mortuaires. Une profession qui sort peu à peu de l’ombre. Les thanatopracteurs ont une fonction quasi similaire mais exercent en chambre funéraire ou au domicile du défunt.

Ces soins de conservation relèvent de l’hygiène ou de la bonne présentation du corps. Les techniques utilisées sont proches de l’embaumement. Le but est la mise en valeur du corps avant les funérailles. Ces métiers sont en fort développement et attirent les jeunes.