Aurore Pantini
RSS

Les personnes décédées ont également leurs réseaux sociaux

Réseaux sociaux pour les défunts

A l’heure où les réseaux sociaux ont pris une place importante dans le quotidien de nombreux français, certains ont proposé un nouveau concept avec la création de réseaux sociaux destinés aux personnes décédées. Un concept original mais qui fait quelque peu polémique.

Les origines des réseaux sociaux dédiés aux personnes décédées

On pourrait croire que les créateurs de ces réseaux sociaux d’un nouveau genre ont eu cette idée après le décès de l’un de leurs proches afin de se faciliter le deuil mais en réalité, il n’en est rien. Qu’il s’agisse des concepteurs du site américain www.1000memories.com ou du site français www.comemo.org, leur idée est née du fait qu’ils estiment que certaines personnes ayant énormément apporté à la société, ne sont pas reconnues à leur juste valeur après leurs obsèques.

Ainsi, ces réseaux sociaux donnent une nouvelle dimension et rendent hommage en quelque sorte à ces personnes décédées. A ce titre, un profil sur ce type de réseaux s’apparente à une statue ou un monument érigé en l’honneur d’un individu. D’ailleurs, les créateurs de ces sites expliquent que selon eux, un profil rendra un plus bel hommage à quelqu’un qu’un « monument » auquel personne ne prêtera attention…

Un lancement réussi aux États-Unis pour ce nouveau concept …

Lancé en 2011, www.1000memories.com connaît un véritable succès sur le territoire américain avec la création de très nombreux profils dédiés à des personnes décédées. Par ce biais, les proches des défunts offrent donc une seconde vie à ceux qu’ils aimaient tant. Échanges de photos du défunt, partage des meilleurs souvenirs, rédaction de condoléances et témoignages sur leur regretté ami sont ainsi les principales fonctionnalités offertes par le site. Mais, si le site a réussi son lancement, c’est également grâce à tous ceux qui ont souhaité rendre de vibrants hommages à des personnes décédées en héros, on pense notamment à certains G.I. morts pour le drapeau américain en Afghanistan.

La conception européenne du décès : un frein au développement du concept

Si le succès a été au rendez-vous aux États-Unis, les Européens peinent à rejoindre ces réseaux sociaux qui, bien qu’innovants, choquent par le fait qu’ils font « revivre les morts virtuellement ». En effet, s’ils sont conscients que les réseaux sociaux pour les personnes décédées peuvent aider certaines personnes dans leur deuil en obtenant du réconfort mais également en voyant à quel point leur proche était apprécié, il n’en reste pas moins que le décès d’une personne reste un sujet tabou en Europe. Alors, à quoi bon médiatiser ces décès en en faisant état sur la Toile. Les concepteurs de Comemo.org semblent le découvrir à leurs dépens.

La nécessité de la mise en place d’un cadre légal

La création de ces réseaux sociaux s’est accompagnée de diverses polémiques. En effet, n’importe qui peut-il créer des profils de personnes décédées et même, pour les webmasters du site, comment s’assurer qu’une personne est bien décédée ? Si pour l’instant, un flou juridique existe, www.bcelebrated.com a trouvé une solution en proposant aux internautes de créer leur futur mémorial de leur vivant…