Aurore Pantini
RSS

Thanatopraxie : l’arrêté du 27 septembre 2011

Thanatopraxie

Profession peu connue il y a encore quelques années, la thanatopraxie attire désormais de plus en plus de jeunes étudiants. Ces dernières années, ils ont été nombreux à recevoir cette formation. Un peu trop peut-être. L’arrêté du 27 septembre 2011 change considérablement la donne en fixant le nombre maximum de prétendants au diplôme national à 55 afin de rétablir l’équilibre avec le marché de l’emploi.

Thanatopracteur : un métier attractif en fort développement

Qui n’a jamais vu un reportage consacré à la thanatopraxie ou regardé un épisode de « Six Feet Under » ? Les métiers du funéraire sortent résolument de l’ombre. Ils deviendraient presque « tendance ». En tête de liste, la profession de thanatopracteur qui attire le plus grand nombre de jeunes.

 Avec près de 700 000 décès chaque année, un nombre en constante augmentation,  et une nette tendance à déléguer au maximum l’organisation des obsèques aux pompes funèbres, le secteur de la thanatopraxie est en plein essor.

 Si l’intérêt des jeunes pour cette profession est bénéfique en termes d’image, la nécessité de réguler le flux de prétendants s’est vite imposée.   L’arrêté du 27 septembre 2011 apporte une solution à cette situation inédite. L’objectif est de garantir aux étudiants qui s’engagent dans cette voie un emploi à l’issue de leurs études et aux défunts et leurs familles un service de qualité.

Thanatopraxie : l’arrêté du 27 septembre 2011

Voté le 27 septembre 2011, ce texte légal porte sur les conditions d’accès à l’examen du diplôme national de thanatopracteur. Afin de préserver un savoir faire, cet examen a été réformé en profondeur.  Le numerus clausus, c’est à dire le nombre maximal d’étudiants, a été fixé à 55 pour l’année 2012. Cet arrêté sera modifié chaque année, en fonction de la demande.

La réduction du nombre d’admis à la formation, aura pour conséquence directe une meilleure adaptation au marché du travail. Une sélection plus fine des prétendants au diplôme est également envisagée, une action dont l’objectif à terme est de préserver un excellent niveau de qualité des prestations.

L’arrêté du 27 septembre 2011 dans les faits

Concrètement, l’arrêté  du 27 septembre 2011 stipule que seuls les élèves reçus à l’épreuve théorique pourront accéder à l’épreuve pratique. Ainsi, l’accès à cette profession sera réservé aux élèves les plus motivés et les plus doués, capables de faire face à toutes les situations, dans l’intérêt du patient et de sa famille.

Autre modification apportée par l’arrêté du 27 septembre 2011 : la composition du jury. Son président est dorénavant un médecin, secondé par un thanatopracteur. La formation qui mène à la profession est donc de plus en plus élitiste et sélective.

S’il a vocation à réguler le marché de l’emploi des thanatopracteurs, cet arrêté fixe également de nouvelles exigences en matière de qualité de service, de quoi rassurer les familles ainsi que les entreprises de pompes funèbres.