Aurore Pantini
RSS

Cérémonie laïque : organiser une cérémonie laique

Cérémonie laïque : créer de nouveaux rites.

Accompagner les morts et faire son deuil n’est pas le propre des religions. Les funérailles laïques ont aussi leurs rites pour permettre à chacun de vivre et traverser ces instants difficiles. Sans contraintes et usages traditionnels, les rites civils dépendent de la volonté du défunt et de sa famille.

La cérémonie laïque, pour ceux qui restent

Moins de 15 % de la population française pratique encore une religion. Pourtant, plus de la moitié des obsèques se déroulent dans des lieux de culte. Nombre de non-croyants optent donc pour une cérémonie religieuse. Le poids de la tradition, les interrogations sur l’éternité pèsent autant que la méconnaissance et l’austérité de l’image des cérémonies civiles. Le rite est une nécessité sociale et les cérémonies laïques peuvent permettre aux familles de faire le deuil en témoignant d’un certain respect au défunt. Il n’est ici plus question de croyance et encore moins de pratique religieuse, c’est la volonté de se rassembler autour du défunt qui prime, pour l’accompagner vers sa dernière demeure.

Organiser une cérémonie laïque

Les funérailles civiles se déroulent selon les volontés exprimées par le défunt. Généralement, elles prennent partiellement modèle sur les cérémonies religieuses, dans une forme plus sobre, même si selon les personnalités toutes les extravagances sont permises.

Les pompes funèbres jouent un rôle d’autant plus important qu’elles sont le seul accompagnement à l’organisation. Il est donc essentiel qu’un membre de la famille soit au contact des professionnels pour exprimer les souhaits des proches et ainsi proposer une cérémonie adéquate.

Plusieurs étapes reviennent souvent dans les cérémonies laïques, leur ordre est choisi par la famille avec le maître de cérémonie, le plus souvent un employé des pompes funèbres. Il est conseillé de se renseigner sur les qualités humaines de la personne désignée pour officier.

Déroulé d’une cérémonie civile

La cérémonie a le plus souvent lieu sur le lieu de l’inhumation ou de la crémation. Les diverses célébrations peuvent donc aussi bien se passer dans les salons d’un funérarium qu’au crématorium ou au cimetière. Selon le degré d’intimité, la cérémonie débute par l’accueil des proches et de la famille qui se rassemblent autour du cercueil. Un officiant peut être désigné ou un membre de la famille rend hommage à la personne décédée.

La cérémonie laïque est aussi un premier acte de souvenir. Des textes peuvent être lus pour rappeler la personnalité du défunt, des anecdotes peuvent  faire sourire ou rappeler la valeur de la personne, des chants et des musiques les goûts et les passions du disparu. Des moments de silence sont aussi observés pour permettre à chacun  de se remémorer les liens avec le défunt et débuter le deuil par une prise de conscience de sa disparition.

Le lieu est habillé selon les cas par des bougies, des objets personnels ou des fleurs de deuil. Enfin, une fois l’hommage collectif  rendu, chacun peut se rendre près du cercueil pour faire un dernier adieu en déposant des roses, quelques pétales, laisser un baiser ou témoigner de sa douleur à sa façon en se recueillant une dernière fois.