Aurore Pantini
RSS

Funérailles protestantes

Funérailles protestantes.

Lorsque le protestantisme s’est développé, les funérailles ont cherché à éviter toute superstition religieuse, mettant plus l’accent sur l’accompagnement des proches endeuillés.

Les rites funéraires protestants : la sobriété et la simplicité

Le protestantisme insistant sur la grâce de Dieu, les obsèques protestantes n’ont pas pour objectif de favoriser le salut de la personne disparue. C’est pourquoi les protestants ne prient pas pour leurs morts, mais pour les personnes dans le deuil, afin qu’elles reçoivent une vraie consolation, que Dieu donne sens et vie à notre mémoire du disparu. Si le cercueil est présent lors des obsèques, ce qui n’est pas nécessairement le cas, il n’y a pas de bénédiction ni d’aspersion du corps. Ainsi, la cérémonie peut parfois être célébrée après la crémation ou l’inhumation. Aucune veillée funéraire n’est pratiquée, il n’y a pas non plus de tradition pour les soins ou la conservation du corps.

Dans un dépouillement assez classique chez les protestants, la famille choisit souvent un cercueil simple. S’il est parfois orné d’une croix nue ou d’une croix huguenote, il peut tout aussi bien en être dépourvu. Parfois des fleurs peuvent être présentes dans le temple ou au cimetière, mais avec une certaine modération. Même pour les familles aisées, la sépulture reste modeste, souvent avec une pierre tombale portant un verset biblique exprimant la confiance en Dieu ou un témoignage pour guider la famille dans la vie.

L’annonce des obsèques porte en général un verset biblique choisi par la famille, parfois par le défunt lui-même dans ses dispositions testamentaires ou dans sa propre Bible de chevet. Il est alors utile d’en faire part au pasteur avant la cérémonie.

Organisation des obsèques protestantes

C’est auprès du pasteur que la famille du défunt trouve les conseils nécessaires et choisit les textes lus et les éventuels chants de la cérémonie. Il est en général possible d’inclure des textes et des musiques profanes à cette cérémonie (mais il est préférable de demander conseil au pasteur). C’est le plus souvent le pasteur qui s’exprime tout au long de la cérémonie, il est possible que les proches prennent la parole si leur tristesse leur en laisse la force. Il est alors conseillé de ne pas s’adresser au mort mais de l’évoquer simplement, mettant en valeur ses qualités les plus importantes pour nous. La cérémonie dure moins d’une heure la plupart du temps.

Le pasteur est parfois présent lors de la levée du corps et au cimetière, en plus de la cérémonie dans le temple. Au cimetière, les proches déposent parfois sur le cercueil une poignée de terre, parfois du sable, ou une fleur en guise d’ultime adieu. Il arrive souvent que la cérémonie au temple ait lieu après la crémation ou l’inhumation, certaine familles préférant rester sur cette dimension de mémoire affectueuse, de prière et d’espérance plus que sur les moments très difficiles que sont le départ du cimetière après l’inhumation ou la dispersion des cendres après la crémation.

La crémation ne pose aucun problème aux protestants depuis plus d’un siècle. Le don d’organe ou le don de son corps pour la science sont également des pratiques courantes parmi les protestants.

Vous souhaitez en savoir plus sur le protestantisme ? Découvrez le site de l’oratoire du Louvre.